Et c’est pas la meilleure. C’est celle qui commence par : « Albator, Albator, Du fond de la nuit d’or »! J’en ai évidemment entendu des pires, mais j’ai rarement été aussi soumis à une seule chanson aussi souvent en très peu de temps. Albator, Albator, De bâbord à tribord 

C’est qu’on avait quelques jours plutôt relaxes en vue et on a eu l’ingénieuse idée d’aller louer des séries télé. Bien, disons d’envoyer ma blonde les chercher : je ne suis pas encore remis de ma fracture et la marche d’ici au club-vidéo est au-delà de mes forces, surtout par une chaleur comme nous subissons depuis quelques jours. Albator, Albator, le corsaire de l’espace Pour elle-même, ma blonde a loué la série Bones, et je lui avais donné quelques instructions pour moi, pensant me retrouver avec les deux premiers DVD d’une série de mon enfance du genre Albator. J’ai été marqué par cette émission alors que j’étais très jeune, mais depuis je ne l’avais jamais revue. Me voilà servi! Albator, Albator, Même si tu parais de glace Mais une petite surprise nous attendait tous les deux lorsqu’on s’est arrêtés à y regarder de plus près.  

Dans le cas de Bones, la série comprend 22 épisodes durant chacun près d’une heure. Je doute fort qu’elle parvienne à tous les écouter pendant la semaine où les DVD nous sont alloués. En fait, il lui faudrait enfiler 3 épisodes par jour, ce qui est un peu compliqué. De mon côté, j’ai plus de temps – fracture oblige – mais la commande est tout aussi gigantesque. Le bel Atlantis est ton vaisseau, Le pavillon noir est son drapeau Contrairement à ce que j’anticipais, ça n’est pas les deux premiers DVD de la série Albator que j’aurai à me taper, mais bien la série en entier, c’est-à-dire tous les 42 épisodes! Je conçois que ceux-ci ne durent à peine plus de vingt minutes, mais après seulement deux jours d’écoute, je suis en train de faire une overdose du capitaine « au cœur d’or ». En moyenne, il me faudra écouter six épisodes par jour si je veux la terminer d’un seul trait. En tenant compte du générique de début et de fin de chaque épisode, cela fait 12 écoutes de la chanson par jour! Ce n’est donc pas surprenant que, même après avoir éteint la télévision, je continue de l’entendre partout!  

À ma première tentative, je n’avais réussi qu’à passer au travers de cinq épisodes. C’est loin d’être mauvais, mais le rythme y est épouvantablement lent et les voix de certains personnages, particulièrement Alfred, me font grincer des dents. Albator, Albator, Avec ton équipage Sans oublier, non plus, toutes les scènes où Stellie, l’arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-petite fille de Marge Simpson (elle a les cheveux bleus!), joue d’un instrument dont je n’arrive pas à retenir le nom mais qui finit par être insupportable. Albator, Albator, Tu prends à l’abordage!

Mais ce soir, j’ai décidé de faire du rattrapage. Je viens de constater que j’ai enligné rien de moins que 9 épisodes d’un seul jet! Pas étonnant que la phrase « Le bel Atlantis est ton navire » me trotte dans la tête depuis tantôt! Neuf épisodes de suite! Albator, Albator, Capitaine au coeur d’or Moi qui ai d’énormes difficultés à m’endurer assis devant la télé pendant plus d’une heure ou deux, voilà un exploit qui mérite… de ne pas être réédité! Ah, je crains de rêver à Nausica dans son wet suit rose, ou bien à Cléo, la femme sans bouche qui boit tout le temps du vin! Albator, Albator, Bien plus fort que la mort!

Quel marathon! J’ai déjà fait des cauchemars pour moins que ça! Vivement que Peter Jackson nous en fasse un remake sous la forme d’une trilogie de trois films (je spécifie parce que Sylvester Stallone ne semble pas avoir compris ce qu’est une trilogie) de cinq heures chaque! Bah, en autant qu’il ne nous tapisse pas la même musique mur à mur! Je l’entends déjà, que dis-je, déjà… encore!  

 » Tu es toujours au rendez-vous, N’importe quand, n’importe où, Tu es toujours au rendez-vous, Toujours avec nouuuuuuuusss « 

Bonsoir, bonne nuit.