Je sais bien que le mandat de RDS (le Réseau Des Sports) n’est pas de présenter ce qu’on pourrait appeler de la télévision intelligente. On est en droit de s’attendre à du sport mais depuis un bon moment déjà, tout et à peu près rien semble se qualifier comme « sport ». Je veux bien admettre que des gens aiment ça, mais en quoi le poker est-il un sport? Je n’y vois ni sueur, ni performance, et personne ne me fera croire qu’il faut s’entraîner fort pour devenir un bon joueur de poker. Je me fous qu’il y ait une technique pour tenir les cartes, ou une autre pour lire dans le jeu de son adversaire : le poker est un divertissement, un loisir, ce que vous voulez, mais ça n’est strictement pas un sport!  

Hélas, le poker n’est pas le seul « loisir » au programme du réseau qui se dit des sports. Tout le monde ou presque se souvient, il y a une quinzaine d’années, des débuts fracassants du Mini-Putt à RDS et des cris hallucinants de Serge Vleminckx nous décrivant un beau « biiiiiiiirdiiiiiiiieeeeeee »! À l’époque, il y avait aussi une émission consacrée à la pêche. Quoi de plus excitant! Regardons tous deux bonhommes assis dans une chaloupe tendre leur ligne à pêche et attendons avec eux que ça morde! Comme remède à l’ennui, on a vu mieux.  

Pourtant, on dirait que depuis quelques mois, RDS s’est soudainement spécialisé dans toutes sortes d’événements qui ne feraient même pas sourciller Ron Fournier. Tiens, parlant de lui, pourquoi la chaîne sportive n’imite-t-elle pas SportsNet qui présente, tard le soir, les images d’une ligne ouverte sportive qu’on a filmée? RDS n’aurait qu’à installer une caméra et un trépied devant Ron Fournier et tout un chacun aurait l’immense plaisir de voir Ron se fouiller dans le nez en répétant « Non, monsieur » dix fois de suite et en parlant du Canadien au beau milieu d’une canicule en juillet!  

Récemment, j’ai pu apprécier toute la profondeur et la grande qualité d’une compétition canine où une foule de snobinards coursaient derrière leurs affreux caniches géants en le tenant par la laisse et en priant le dieu des chiens que le leur ne défèque pas à ce moment précis. Certes, la chose était un régal pour les yeux, mais mes oreilles avaient peine à croire ce qu’elles entendaient en termes de commentaires et d’absurdités de la part des deux commentateurs. L’animateur était, il me semble, celui qui s’est spécialisé dans les sports extrêmes, et il était secondé par une femme qui semblait assez experte en la matière, probablement une vétérinaire ou quelque chose du genre. Si les commentaires qu’elle faisait concernaient les canins, l’animateur semblait de son côté se demander ce qu’il faisait là! Il y est allé de plusieurs commentaires gênants, de tentatives de farces loin d’être subtiles et qui semblaient lasser sa partenaire. On pouvait presque l’entendre soupirer des inepties de l’animateur! Je ne me souviens pas de tout ce qu’il a dit, mais ça ne volait pas haut. Ça frisait parfois le « Ça, un chien, on sait que ça a du poil », entrecoupé d’un silence de malaise avant que la pauvre experte n’insère un timide « Oui, en effet… ». Je vous jure qu’elle ramait fort pour ramener le sujet sur la compétition canine!  

Mais bon, reste qu’on parle d’une compétition canine! Qu’est-ce qu’il pourrait bien y avoir d’intelligent à dire de toute façon? Juste à voir les gens vêtus d’habits super propres et de chaussures à trois cent dollars courir les fesses serrées en sautillant pour éviter les cadeaux de Fido, ça n’inspirerait pas grand monde. Je ne blâme pas vraiment l’animateur de s’être foutu de la gueule des gens en compétition. À mon avis, on a tiré à la courte paille afin de décider lequel des animateurs de RDS aurait à se farcir la compétition canine et c’est lui qui a perdu!  

Un peu plus tard en semaine, si vous êtes chanceux, vous attraperez un autre sport de haute voltige : les fléchettes! Ça non plus, ça ne vole pas haut! Je n’ai jamais osé écouter les commentaires des gens qui doivent décrire une partie de « darts » : je me sens beaucoup trop gêné pour eux. Je baisse le son complètement et je reste bouche bée à respecter leur douloureuse épreuve. J’imagine les « Quel tir! » et autres « Ah, il a touché le rim! » et je me dit qu’ils doivent se forcer à trouver d’autres choses à dire qui doivent être au mieux désolantes à entendre. Rassurez-vous, par contre : les images seules réussissent à nous captiver de fond en comble! J’adore les reprises au ralenti : ça me permet de mieux apprécier la trajectoire de la fléchette et de constater tout le talent du lanceur qui y est allé d’un joli petit effet de courbe contre le vent. Du bonbon! Ah, je me régale aussi des gros plans sur les visages ruisselants de sueur au moment de lancer : des plans psychologiques dans une émission de « sport », ça, c’est du grand art!  

C’est tout juste si la compétition ne se déroule pas chez Parée, sur l’heure du dîner. La prochaine fois, je porterai une plus grande attention aux spectateurs : j’en reconnaîtrai peut-être un ou deux! Inscrivez tout de suite « Dans le mille » à votre agenda! Mieux : inscrivez-vous comme joueur! Si j’ai réussi à battre un coq à un jeu de fléchettes tournantes au Wii, je peux certainement me qualifier pour affronter les meilleurs joueurs de la province!  

Je pourrais aussi m’étendre sur le Championnat Collégial de Cheerleading, mais je me dis qu’au moins, les participantes bougent et suent et se sont entraînées extrêmement longtemps en vue de la grande compétition. Je n’arrive pas à me convaincre de la même chose en ce qui concerne les joueurs de poker et les lanceurs de « darts »!  

Si vous en voulez encore, tâchez d’attraper une émission de L’homme le plus fort où de gros irlandais en monokini rivalisent à lancer des troncs d’arbres et autres activités géniales! J’espère qu’à la fin de l’épreuve, ils sont récompensés en ayant le droit de participer au concours du meilleur mangeur de hot-dogs!  

Le pendant anglophone de RDS, la station torontoise TSN, présente quant à elle un sport qui fait figure de grand oublié au palmarès de RDS : le bowling! Quelle joie de voir de véritables athlètes dans leur moment fort de la journée, c’est-à-dire celui où ils sont sobres! Le bowling réserve aussi sa part de surprise : des joueurs qui ne portent pas la moustache (je croyais que c’était un règlement au bowling : moustache obligatoire!), des boules personnalisées et même des compétitions « junior », où les vedettes de demain montrent tout ce qu’ils ont appris de leurs mononc’ saoûls au fil des années. Que de plaisir en perspective!  

TSN présente également des compétitions de bûcherons. C’est à qui sciera l’arbre le plus vite. Impressionnant! Au réseau SportsNet, les samedis sont particulièrement sportifs. Il y a le Championnat Européen de Poker, le Poker du samedi soir et le Poker after dark en l’espace de seulement neuf heures!!!  

Je veux bien admettre qu’il existe un auditoire pour ce genre d’émissions, aussi incroyable que cela puisse paraître. Mais si je me mets dans la peau d’un athlète, plus particulièrement d’un athlète amateur ayant des visées olympiques, il y a de quoi faire une dépression nerveuse! À quoi pensent les athlètes canadiens qui s’entraînent à longueur de journée et qui participent à des tonnes de compétition lorsqu’ils constatent que leurs incroyables plongeons ou leurs superbes courses ne sont à peu près jamais présentées à des réseaux qui se proclament experts en sports? C’est à peine si on souligne leurs exploits aux nouvelles! Tel plongeur a remporté une médaille lors d’une compétition? Oui, mais d’abord, voici 3 reportages sur les vacances de vos joueurs de hockey préférés! Unetelle a battu un record du monde? Oui, mais une rumeur persiste comme quoi il existe des rumeurs au sujet du Canadien : il faut en parler d’abord!  

Je trouve cela extrêmement déplorable. Le Québec fourmille d’athlètes amateurs qui se rendent aux Jeux Olympiques et qui méritent qu’on souligne leurs efforts autrement mieux qu’à tous les quatre ans. Il y a quelque chose d’alarmant quand plus de gens connaissent Jocelyn Noël (grand champion de Mini-Putt) que Geneviève Simard ou Perdita Felicien. Certes, Radio-Canada fait un travail plus qu’honorable lors de certaines grandes compétitions (particulièrement les Jeux Olympiques) quand il s’agit de nous présenter les athlètes, mais Radio-Canada n’est justement pas un réseau censé être spécialisé dans le sport. J’espère fortement que RDS fera un examen de conscience très prochainement. Sinon, on pourrait se retrouver avec, qui sait, des tournois de bridge ou des championnats de Monopoly!