Ceux d’entre vous qui ne l’ont pas encore fait, attelez-vous à votre souris et surfez à toute vitesse le web à la recherche du clip des Vulgaires Machins intitulé Anéantir le dogme. J’ignore s’il a déjà commencé à être diffusé sur MusiquePlus et même si la chaîne osera le montrer à l’antenne. Naturellement, le clip vaut amplement d’être diffusé et ce, dans son entière intégralité, mais je ne serai pas surpris si le réseau agit en poule mouillée. Ça ne serait pas la première fois.                                                 

En début de soirée, j’ignorais à peu près jusqu’à l’existence des Vulgaires Machins, mais en l’espace d’une courte entrevue à Franc(h)e Beaudoin, j’en ai appris suffisamment pour que ma curiosité se manifeste. Heureuse découverte que ce vidéoclip qui tape à grand renfort d’images chocs sur un dogme qui jouit trop de l’hypocrisie facile de la société.  

Avouez qu’en entendant les premiers vers, le ton est lancé!  

Devant les faux prêtres, et l’hommerie
Une démocratie molle de citoyens contents
Devant l’expansion de la maladie
L’abandon général, la peur et l’inertie
 

Mais plus que les mots, ce sont les images inoubliables du clip qui laissent leur marque. La fin est particulièrement remarquable et risque fort de choquer plusieurs cons citoyens qui ne veulent pas de cette vision d’un monde qu’ils refusent de voir comme le leur. Mais pour ceux qui comme moi adorent être dérangés, secoués et qui souhaitent voir le plus de dogmes ébranlés au possible, on ne peut que se réjouir et espérer que Les Vulgaires Machins aient d’autres bijoux semblables en réserve. Ou même d’autres artistes : l’anéantissement des dogmes n’est pas réservé à un groupe seul ou à une élite.  

Elle-même ébranlée au-delà de son inépuisable intelligence, Franc(h)e Beaudoin a senti le besoin de conclure l’entrevue en demandant à François Avard (qui a scénarisé le clip) qu’est-ce qui, dans le monde, allait si parfaitement bien qu’il ne pourrait pas le dénoncer ou le critiquer. Comme si, par une heureuse conclusion d’un petit détail quelconque qui irait supposément bien, on arriverait à faire oublier à tous l’effroyable clip que la doucereuse animatrice semblait avoir d’immenses difficultés à digérer.  

Dans ce cas, bonne chance, Franc(h)e, et tâche de ne pas trop en faire de cauchemars. De mon côté, ce sont tes entrevues qui me compliquent la digestion. Mais pas de danger qu’elles soient censurées, n’est-ce pas?