Y’a de ces moments…

Oui, vraiment, y’a de ces moments, je vous jure… Je ne sais pas comment les qualifier, exactement, mais si je vous dis que tout ce que j’entreprends depuis quelques heures refuse à tout coup de fonctionner, vous aurez une idée du genre de soirée que je me farcis. On dirait que je suis Garfield, et que c’est lundi.  

Ça a commencé par un improbable problème sur Yahoo. Les 17 mails qui me servent à travailler sur le fichier de transfert de ma ligue de baseball sont devenus inaccessibles lorsque Yahoo a tout simplement décidé de flancher. Au moment où je cherche à entrer sur Yahoo pour y taper mon adresse et le mot de passe qui convient, je suis continuellement ramené sur la même page, celle-là même où je me dois d’entrer les informations que je viens de mentionner. J’ai eu beau recommencé des dizaines de fois, rien n’y a fait. J’ai tenté d’y aller par Yahoo Canada, Etats-Unis, France, Espagne et China, l’étrange « bug » se répétait inlassablement. La logique m’a donc recommandé de fermer ma fenêtre afin de recommencer du début, mais le problème persistait. En dernier recours, j’ai éteint le modem quelques minutes. J’aurais eu besoin d’une meilleure idée; celle-ci a fait aussi défaut que les précédentes tentatives. Me voilà donc coupé de mes courriels, et temporairement incapable de poursuivre le boulot à accomplir sur le fichier de ma ligue.  

Comme cela faisait déjà des heures que j’étais sur ce fichier, je me suis dit qu’une pause serait tout à fait appropriée. J’ai donc essayé quelques jeux qui ont pour habitude de me détendre. Je dis « essayé » parce que ça en est resté au stade de l’essai. Pour une raison qu’il vaut sans doute mieux ignorer, chacun des jeux a cessé de fonctionner après quelques secondes ou a tout simplement refusé de fonctionner. Bon. On trouvera bien autre chose.  

Au beau milieu de ces insuccès, il devait bien y avoir une bonne nouvelle. Le mal de gorge qui m’assaillait depuis mon retour de Québec semble être en voie de disparaître. J’ai la gorge qui pique, signe habituel que je suis en voie de guérison. Mais il reste un petit inconfort qui persiste et qui partira facilement à l’aide d’une pastille. Ah? Il n’en reste plus… Ça ne sent pas la moutarde, tout à coup, dans mes fosses nasales?  

Au moins, l’Internet fonctionne relativement bien. J’en profite pour compléter la liste de suggestions de films qu’un ami m’a demandé. Voilà une idée qui occupera à merveille cette mauvaise passe. C’était sans compter sur un autre imprévu : le site qui me sert à fouiller parmi les films que j’ai vus n’est pas accessible! J’ai beau essayer de diverses façons, il refuse de céder à ma requête et je demeure à nouveau frustré dans mes tentatives de faire quelque chose.  

C’est donc sans surprises que je repars sur un saignement de nez. Ça n’est que la suite logique du reste. Et j’ai les yeux qui brûlent, signe qu’une crise d’allergie approche à grands pas… Et si je m’envoyais au dodo, question qu’un coup de téléphone inopportun coupe ma nuit en deux après 3 heures de sommeil? C’est que je les connais, ces moments-là…

Laisser un commentaire