Est-ce seulement moi qui brise tout ce qu’il touche? Je ne suis quand même pas prêt à croire que je suis doté d’une force physique à ce point destructrice!

C’est que je viens de remarquer que sur notre dernier clavier en date, le « shift » gauche est en train de se creuser. Encore!!! C’est le deuxième clavier de suite sur lequel ce « défaut » survient. Ce n’est pourtant pas comme si je m’acharnais à taper dessus!

Personnellement, je n’ai pas le doigté professionnel quand je tape au clavier. Certains me trouvent rapide, mais je suis loin d’être capable d’aller chercher des touches à l’aide de mon auriculaire droit, et encore moins avec mon auriculaire. Je tape principalement à l’aide des index et majeurs de chaque main. Les autres me servent plutôt rarement, à part le pouce qui appuie à profusion sur la barre d’espacement, ou l’auriculaire droit qui rejoint la touche « Entrée ». Ça peut sembler compliqué à première vue, mais ça fait si longtemps que j’écris de la sorte que j’arrive à taper un texte avec beaucoup de rapidité. D’ailleurs, ça fait des années que je connais le clavier par cœur et que je n’ai plus besoin de le regarder quand j’écris. Bref, rien qui ne soit un exploit.

Sauf que de creuser le Shift gauche, ça relève tout de même de l’extraordinaire. Je n’ai vu ça nulle part ailleurs. Et c’est justement mon auriculaire gauche qui s’y frotte le plus souvent. C’est lui que j’utilise pour appuyer sur la touche. J’en veux pour preuve le fait que la forme qui commence d’ailleurs à se creuser épouse parfaitement celle de mon petit doigt. C’est d’autant plus perturbant que ce n’est pas la première fois que ça arrive. Je me suis débarrassé de l’autre clavier car ce n’était plus une forme qui avait été creusée sur la touche, mais un véritable trou : on y voyait au travers.

Comme truc pas piqué des vers, avouez que ça se pose un peu là! Que ce soit la touche sur laquelle j’appuie seulement au début de chaque phrase qui subisse pareil changement, ça dépasse l’entendement. Et non seulement c’est avec le plus petit doigt de la main, mais en plus c’est avec la main gauche! C’est à n’y rien comprendre. J’appuie pourtant sur la barre d’espacement beaucoup plus souvent, et elle n’est pas défoncée pour autant. J’ai beau chercher partout ailleurs sur le clavier, je ne trouve rien de semblable ailleurs. Comme sur tous mes autres claviers précédents, tout ce que je peux remarquer c’est que les lettres E, A et S commencent à s’effacer. À s’effacer, mais pas à défoncer!

Cet étrange phénomène me fait penser à cette habitude bizarre que j’ai depuis deux ou trois ans : je casse continuellement les lacets de mes souliers. Les gens de mon entourage m’accusent de serrer trop fort, mais c’est ridicule car j’ai toujours serré de la même façon. Or, depuis un bout de temps, il arrive régulièrement que mes lacets me restent dans les mains, et je dois donc les changer relativement souvent. On ne peut même pas ici parler d’usure : j’ai cassé certains lacets à peine deux semaines après m’être acheté la paire de souliers. Encore là, je semble être le seul à qui la chose arrive. Mais c’est que c’est hyper fréquent, et ça m’est arrivé autant sur des souliers de course que des souliers de ville ou même des bottes. Je serre, et CRAC, un lacet de plus me reste dans les mains.

L’argument comme quoi je sers trop fort m’apparaît encore plus insensé quand je regarde mon clavier en voie de devenir troué. Quelqu’un va-t-il me dire que j’ai l’auriculaire gauche surdéveloppé? C’est plutôt qu’on fabrique du « cheap » de plus en plus « cheap ». Achetez-en, des lacets qui lâchent et des claviers qui percent. C’est bon pour l’économie. Que dire de ma souris qui cliquait en double : est-ce que je cliquais aussi trop fort? Après tout, pourquoi pas. Je me suis bien fêlé une côte en éternuant…