Vous me voyez venir? Non? Ah bon. C’est drôle, moi, je les voyais venir depuis un bon moment déjà. Ce n’est pas parce que je suis particulièrement l’actualité, ni même que je m’intéresse de près ou de loin aux enjeux dont il est question. Simplement, c’était dans l’air, je trouvais. Ça se sentait venir. Pas besoin de consulter l’oracle ni d’écouter les experts en ceci cela. En vérité je vous le dis: ça se sentait venir gros comme un scandale devant une tache de sperme sur une soutane. Vous demanderez à mon presque cousin, Marc Ouellet!

Nous y voici enfin, nous y voici déjà. Ce soir, « ils » m’ont donné raison.

QUI ÇA?

Non, pas Bopébine…

Les carrés rouges! Comme dans une mauvaise suite d’un mauvais film américain, (voix grave et caverneuse) « ils sont de retour ». Il y a quelques heures à peine, une première manifestation nocturne se mettait en marche. 2000 manifestants, rien de moins. Pacifiques pour la plupart, c’est à dire qu’une heure après le début de la marche, des vitrines avaient été fracassées. Un policier a été blessé après avoir reçu une pièce pyrotechnique au visage et un manifestant a été blessé au tibia par un éclat de grenade assourdissante lancée par la police pour disperser la foule. Avant même qu’il soit minuit, au moins une cinquantaine de personnes avaient été arrêtées. Ce sera peut-être le double ou le triple aux nouvelles du petit matin.

Ça se sentait venir, vous dis-je. Je ne connais personnellement aucun étudiant ni même aucun policier. Je ne fréquente pas les médias sociaux pour me tenir informé et prendre le pouls de la population estudiantine. Suffisait de respirer une bonne bouffée, c’était dans le fond de l’air. Vous ne sentez pas? Cette odeur de revenez-y avec un soupçon de poivre de Cayenne et de slogans bourrés de fautes? Elle y est, pourtant. Et pas que depuis ce soir…

L’une des associations étudiantes se propose d’ailleurs d’organiser une nouvelle grève. Ben tiens, pourquoi pas… Ils en débattent pour l’instant et rien ne garantit qu’ils arriveront à faire avaler la pilule aux étudiants, mais il s’en trouvera certainement quelques-uns qui mettront un gros effort supplémentaire pour arriver à concrétiser cette grève… éventuellement. Car s’il semble exclu qu’une grève soit déclenchée au cours du présent semestre, on peut commencer à parier sur la prochaine…

En attendant, ressortez vos carrés rouges et vos casseroles ou vos carrés verts et vos boules Quiès, selon vos allégeances. Personnellement, je ne sortirai rien du tout. Je n’ai qu’un rappel mathématique à faire à ceux qui ont déjà accroché leur logo de résistance bien en vue à la fenêtre, sur la galerie ou carrément sur leurs vêtements: un carré, quand on l’étire trop, ça devient un rectangle! Alors si vous souhaitez remettre ça pour un second printemps érable, soyez au moins conséquents et devenez les rectangles rouges!