Quitte à en surprendre quelques-uns, je dirais qu’il est faux de prétendre que les dinosaures sont éteints. Certes, il n’en reste que quelques-uns disséminés ici et là et qui n’ont que peu en commun avec ceux que l’on trouve dans les musées, mais certains possèdent suffisamment d’intelligence pour communiquer et même pour écrire. Vous l’ignoriez peut-être, mais ce que vous lisez en ce moment a été pensé, écrit et mis en ligne par un dinosaure. Je veux parler bien sûr de monsieur moi-même, auteur de ces lignes et accessoirement dinosaure perdu dans une mer, non pas de glace, mais de gadgets intelligents.

Plus tôt aujourd’hui, une brève sortie en autobus comme il m’en arrive d’en faire de temps a servi à me faire réaliser cette troublante vérité. Je suis un dinosaure. Mais ne craignez rien: personne ne s’en rendra compte. Ils sont tous trop occupés à pitonner leurs Iphone, Blackberry, Android, tous ces « smartphones » et autres Ipod Touch, IPad ceci, tablettes électroniques et que sais-je encore, sinon qu’ils en ont tous un et que ce gadget captive TOUTE leur attention. Il entrerait un véritable martien promenant sa dinde en laisse que je serais le seul à les remarquer. Comment? Le chauffeur, vous dites? Ça paraît que vous ne prenez jamais l’autobus! Les chauffeurs et/chauffeuses ne font pas exception à la règle, bien au contraire! Certains sont tellement accros qu’ils tiennent leur machin-truc de l’année pendant qu’ils conduisent! Et pour affirmer cela, je ne me fie pas à ces images qui aboutissent à LCN comme si c’était la nouvelle du siècle. La chose est extrêmement courante. Certains prennent quelques précautions, ayant probablement compris qu’ils pouvaient désormais être filmés à tout moment par à peu près n’importe lequel de ses passagers, mais d’autres n’ont pas encore ce réflexe et font leurs activités secondaires – si l’on considère que leur principale devrait être de conduire l’autobus – au vu et au su de tous. De toute façon, les passagers ont eux-mêmes tous le nez dans leur smart-patentes, alors qui remarquera que le chauffeur est lui aussi en train de faire autre chose que son travail?

Les dinosaures, bien sûr. À condition qu’il y en ait un dans les parages. La chose n’est pas si sûre. Prenez-moi, par exemple, le Mattus Ouellettus-Boucherus, qui suit un véritable dinosaure comme il ne doit plus s’en faire depuis bientôt une génération. J’ai bien un IPod et il est vrai que j’écoute ainsi de la musique quand je suis à l’extérieur de chez moi, mais entendons-nous, cet IPod est tout ce qu’il y a de basic, il ne saurait contenir ni jeu, ni appareil photo, ni téléphone, ni GPS, ni enregistreur, ni rien. De la musique, point. Même pas Internet. Vous voyez le portrait? Un dinosaure, vous dis-je! Et j’ai beau regarder, je n’en trouve pas de ma race. Pas même les vieux! J’ai abandonné, pour les vieux. Suffisait que j’aperçoive une tête blanche quelque part dans le bus ou dans le wagon de métro, et je m’extasiais d’avance, convaincu que j’avais retrouvé l’un des miens. Mais va te faire cuire un œuf, Dino! À chaque fois, la déception ne perdait pas de temps à se montrer à moi: grand-papa sortait soudainement son IPod et se mettait à pitonner dessus, ou bien grand-mère décidait qu’elle pourrait bien passer un appel ou deux et elle sortait un truc-machin quelconque, un GPS/téléphone ou bien un sac à main intelligent avec téléphone intégré, qu’importe, je lance ça comme ça mais je ne serais pas surpris d’apprendre que ça existe. Tous, ils en ont tous! Les vieux, les vieilles, même les très très vieux, les archi-vieux, ceux dont les enfants ont déjà 75 ans, ceux-là aussi ont leur gadget magique, une marchette à écran tactile HD ou bien un dentier Wi-Fi haute vitesse.

J’ai eu beau tous les regarder, je n’ai pu que constater l’à quel point je dinosaure tout seul dans mon coin. Quand je dis qu’ils en ont tous au moins un, c’est vraiment tous! Les vieux, les pauvres, les miséreux, les tout jeunes, les hommes, les femmes, les prêtres, les handicapés, les nains, les aveugles, les idiots, tous! Et ils ont tous un gadget ultra passionnant, qui les captive au point de manquer leur arrêt ou leur station de métro. Je pensais qu’il y aurait tout de même les bébés qui n’en auraient pas, mais non, même là, le doigt dans l’œil jusqu’au rectum puisque pour calmer le bébé qui pleure ou qui réclame quoi que ce soit, papa/maman le calme en lui mettant le gadget bien en vue. Rien que ça! Ou alors c’est qu’il existe une application pour ça aussi? Même les enfants, je ne dis pas les adolescents mais bien les enfants, même eux, quand ils rentrent de l’école, ils sont nombreux à avoir leur gadget dans les mains. Ils ont 8 ans, ou 10, peu importe, et ils ont un appareil ou un autre, ils jouent, ils parlent au téléphone, ils surfent sur le web, bref, ils font comme tout le monde. Y’a que les dinosaures qui ne font pas comme tout le monde.

Le dinosaure, lui, il n’a pas peur de s’ennuyer. Il se rend d’un point A à un point B sans autre gadget que ses yeux. Ceux-ci regardent, observent. Si le voyage est long, si la fatigue s’en mêle, ils se fermeront peut-être, mais en général ils resteront actifs, liront peut-être quelques mots ici et là, ou bien regarderont dans le vide et pendant ce temps, un autre organe, appelé « cerveau » celui-là, se mettra en branle et réfléchira sur ceci ou cela, analysera quelque chose ou repensera à une situation. Cela sera, ou ne sera pas ennuyant, c’est selon. Mais une chose est sûre: le dinosaure finira par arriver au point B sans être mort d’ennui. Les autres, les branchés-à-tout, les pitonneux de chaque instant, ceux-là semblent craindre l’ennui plus que tout. On les voit partout: arrêtés à un feu rouge, au volant de leur voiture, ils ont quelque chose à faire avec leur gadget. S’en allant à pied quelque part, ils ne regardent ni devant eux, ni autour, et parviennent à marcher des centaines de mètres sans lever les yeux de leur I-Machin. Je les vois même traverser la rue avec, en main, leur précieux gadget, sans porter aucune attention à ce qui les entoure, et pourtant, il pourrait arriver n’importe quoi! Mais ils s’en foutent. Comme ils s’en foutent de pitonner en pleine face de leur douce moitié lors d’un repas au restaurant. Ils sont là, assis face à face, la fourchette d’une main, le Iphone de l’autre, sans se dire un mot, l’un sur Facebook, l’autre sur Twitter, ou qu’importe, mais chacun ailleurs, carrément ailleurs. Parce que pour eux, il y a quelque chose, quelque part sur le web ou sur leur gadget, qui vaut plus que le moment qu’ils sont en train de vivre. Même durant un spectacle, où ils ont payés leurs billets une petite fortune (mais moins que leur précieux trésor!), ils ressentent l’urgence de vérifier leurs messages, de répondre à un commentaire quelque part, même d’annoncer sur leur réseau social préféré qu’ils sont présentement en train de regarder un spectacle. Regarder, mon cul! Ils ont le nez dans leur foutu gadget la moitié du temps!

Désespérant.

Assiste-t-on à la mort de la communication? Je n’en serais pas surpris le moins du monde. Je rigole haut et fort quand j’entends les médias soutenir que les gens n’ont jamais AUTANT communiqué! Pardon?!? Écrire « lol » après une demie-phrase sur un réseau social ou sur la page Facebook d’une émission de télévision, ça s’appelle communiquer? Permettez-moi de LOLER! Ah, ça, pour communiquer, on peut le dire: ils sont comme uniques! Tous de petits individus divisés du reste, chacun dans son petit monde, chacun pour soi, dans sa bulle, sa I-Bulle, tellement seuls qu’ils ne sont même pas seuls avec eux-mêmes, ils sont seuls avec leurs gadgets… ils SONT leurs gadgets, ne font plus qu’un avec lui. Relation fusionnelle entre l’homme et la machine. N’auront pas besoin de se la faire greffer au bout des doigts, ils s’y sont greffés eux-mêmes. Doivent même pisser avec, debout devant l’urinoir, faudrait surtout pas s’ennuyer en pissant, ou pire que s’ennuyer: réfléchir! Quelle horreur! Alors on pitonne. Cerveau à off le plus possible, de toute façon, leur téléphone EST intelligent, alors eux, ils n’ont plus besoin de l’être! Alléluia!