Il y a de ces moments où on se demande si la malchance a décidé de nous montrer ses tours les moins connus ou bien si nos sens fonctionnent encore correctement. Puisque j’écris ces lignes en écoutant de la musique, je suis assuré que mon toucher, ma vue et mon ouïe ne m’ont pas encore abandonné. Je saurai plus tard pour le goûter et l’odorat. Mais ce tantôt, je commençais sérieusement à avoir de gros doutes sur l’état de ma vue.

Après une journée tranquille passée à écouter beaucoup de tennis au tournoi du US Open à Flushing Meadows, j’ai décidé que j’avais besoin d’un peu plus de stimulation intellectuelle pour terminer la soirée. J’ai donc choisi d’écouter un film, et comme je ne voulais pas qu’il termine trop tard, j’ai opté pour un dont la durée me paraissait raisonnable. L’enregistreur numérique étant une machine agréable mais imparfaite, il arrive qu’il manque une partie des films que l’on enregistre, généralement la fin mais parfois aussi carrément le début. Il faut donc vérifier régulièrement que ceux que nous avons stocké sont complets. Celui que j’avais choisi ce soir avait été vérifié déjà. Je me suis donc installé pour visionner un vieux film de Scorcese, After Hours, censé durer environ 1h30. Ne craignant pas une mauvaise surprise puisque les vérifications de début/fin avaient été faites, je me suis laissé aller à l’écoute du film.

Tout à coup, alors que cela faisait près de 75 minutes que le film était amorcé, l’écran est devenu complètement noir. Plus d’image, plus de son. J’ai cru un instant que ça faisait partie du film, mais ça me semblait peu plausible étant donné la scène qui se déroulait au moment du noir. Était-ce donc ma télévision qui déconnait? J’ai appuyé sur pause et la barre déroulante est apparue, m’indiquant que le film était sur pause avec les informations sur le titre et la durée. J’ai donc avancé le film et j’ai pu constater que le fameux noir durait tout près de cinq minutes! Comme ce n’était pas un documentaire sur la Grande Noirceur, la chose n’était pas banale. L’image est revenue mais les scènes manquées m’ont rendu le reste du film plutôt incompréhensible. J’ai eu beau essayer, je n’arrivais plus à comprendre ce qui se passait étant donné l’information qui me manquait. À mon grand désespoir, j’ai arrêté le film et l’ai effacé. Et dire que je me croyais à l’abri de ces désagréables expériences où il nous arrivait d’écouter un film presque au complet avant de se rendre compte qu’il nous manquait la fin. Voilà maintenant que je peux passer plus d’une heure à visionner un film que je crois complet mais qui contient un trou noir en plein milieu!

Comme si ce n’était pas suffisant, les illusions étranges se sont poursuivies. Désormais trop tard pour écouter un autre film, je me suis rabattu sur le Playstation. Mais voilà qu’en mettant la télévision en mode HDMI2, j’ai eu droit à un autre écran noir. J’ai d’abord cru que j’avais simplement mal allumé la console, mais dans ce cas, je n’aurais pas pu aller en HDMI2. À preuve, quand je bougeais les contrôles de la manette de jeu, j’entendais les sons du menu. Autrement dit, le Playstation était bel et bien en marche, mais c’était la télévision qui était en train de jouer avec mes nerfs. Je suis retourné en HDMI1 plusieurs fois pour voir si ça changerait quelque chose, mais chaque retour en HDMI2 me ramenait devant un écran noir avec le son pourtant fonctionnel.

Qu’est-ce qui se passe?!?

J’ai craint un moment que le téléviseur soit complètement kapout. Mais en rallumant le câble, j’ai bien vu que tout était normal de ce côté-là, j’avais le son et l’image peu importe le poste. En HDMI2, par contre, plus d’image du tout. Juste un gros noir avec le son. Ce qui est déjà mieux que durant mon film, mais qui n’est guère plus rassurant. J’ai passé de nombreuses minutes à essayer de faire apparaître l’image de toutes sortes de façons. Tous les autres modes de la télévision fonctionnent normalement. La console de jeu fonctionne normalement. Du moins, elle a allumé de la même façon que d’habitude, j’en veux pour preuve les bruits habituels que j’ai très bien entendu, en plus de ceux lorsque je me déplaçais à l’aveugle dans le menu.

Deux fois en quelques minutes, avoir soudainement des doutes sur sa vision, ça commence à faire beaucoup. Encore heureux que l’écran d’ordinateur ne m’ait pas joué le même tour tandis que je rédige ce billet! Voilà toutefois le scénario idéal pour faire un cauchemar absurde. Il m’est arrivé parfois de rêver alors que je n’entends rien du tout mais que je vois parfaitement ce qui se passe. C’est déjà étrange, mais le contraire (seulement du son) doit être terrorisant.

Je rassure tous ceux qui ont peut-être déjà le goût de se payer ma tête: non, le jeu de PS3 n’avait pas été inséré dans une autre console… Quand bien même c’eut été le cas, j’aurais au moins eu l’image à la télé, non?

C’est ce qui s’appelle une soirée qui tombe à l’eau. Un film troué suivi d’un jeu sans image. Manquerait plus juste que l’électricité saute…